« 872. A Piedade, umbaúba sur le clocher de São Pedro | Accueil | 874. Le ciel de ce matin »