« 669. Salvador de Bahia. Avenida Manoel Dias da Silva: la peur (suite) | Accueil | 671. À Saint-Paul, le manège a retrouvé sa bonne place »