« 659. Salvador de Bahia. Avenue Manoel Dias da Silva: une splendide future ruine | Accueil | 661. Seconde variation de verts »