« 531. Depuis le quai du métro à Cambronne, le verdissement vu | Accueil | 533. Jardin des Tuileries : le public monde »