« 415. Goiânia, Jardim Goiás : un brouillon de rond-point | Accueil | 418. Sur la Paralela à Salvador de Bahia : l'automobile, ses alliés, ses victimes »