« 315. Place Saint-Paul : un cheminement lent | Accueil | 317. La halte de Surdon »